Un textile climatisé imaginé par des chercheurs américains

Un textile climatisé imaginé par des chercheurs américains

Dès que l’été pointe son nez, la transpiration est inévitable, surtout pendant les périodes de canicule. Dans ces moments, on cherche à tout prix à se rafraîchir d’une façon ou d’une autre. Si les uns décident d’investir dans une climatisation, les autres décident de refaire leur garde-robe.

Et pourtant, il est parfois difficile de rester au frais, même avec des vêtements légers. Pour assouvir ce besoin de fraîcheur absolu, des chercheurs américains ont mis au point un textile bon marché qui permet de mieux résister à la chaleur pendant la saison estivale. Une invention qui pourrait avoir du succès vu ses bienfaits.

Un tissu unique en son genre

Alors que l’été va bientôt s’achever, une nouvelle matière vient de faire son apparition. Il s’agit d’un textile authentique qui permet de rester au frais, avec un objectif indirect d’économies d’énergie. C’est le fruit du travail des chercheurs de l’université de Stanford, en Californie.

Plus besoin d’air conditionné pour se sentir bien dans sa peau puisqu’il est en mesure d’augmenter la température du corps à deux degrés Celsius de plus qu’avec un vêtement en coton. À l’instar du coton et du lin, ce nouveau tissu optimise l’évaporation de la sueur. En plus de cela, il dispose d’un mécanisme inédit qui laisse passer les radiations infrarouges émises par le corps.

Un mariage de la nanotechnologie, l’optique et la chimie

« Si nous parvenons à rafraîchir les personnes plutôt que les bâtiments où elles vivent et travaillent, nous pourrions faire des économies d’énergie », avance Yi Cui, le professeur adjoint de science des matériaux et ingénierie à l’Université de Stanford.

Le matériau en question est un savant mélange entre la nanotechnologie, l’optique et la chimie, permettant à l’organisme de décharger la chaleur.

Afin de vérifier l’efficacité de ce tissu expérimental, les chercheurs ont placé un morceau de ces étoffes sur une superficie ayant la même température que la peau humaine. De cette façon, ils ont pu mesurer la quantité de chaleur retenue par chacun des échantillons.

Capter les radiations thermiques du corps

Il est à noter que tous les objets rejettent de la chaleur, y compris notre organisme sous cette forme d’ondes lumineuses que nous qualifions de radiations infrarouges. Par exemple, en hiver, nous utilisons les couvertures pour rester au chaud en piégeant les émissions de chaleur. À l’aide des lunettes de vision nocturne, ces dernières nous rendent visibles dans l’obscurité.

« Entre 40 et 60 % de la chaleur corporelle se dissipe sous forme de radiations infrarouges quand nous sommes assis au bureau » explique le professeur Shanhui Fan, l’un des écoauteurs de cette étude.

« Très peu d’études, voire aucune, n’avaient été menées jusqu’alors pour concevoir un textile favorisant la dissipation des radiations infrarouges » rajoute-t-il.

Il s’agit donc d’un grand pas vers l’industrie du textile, mais elle ouvre également la voie à de nouvelles manières de rafraîchir ou réchauffer des objets en se desservant des sources d’énergie extérieures. Des procédés qui puisent considérablement de l’énergie.

Dorénavant, il est devenu possible de rester au frais sans avoir à recourir à l’air conditionné, car la climatisation est intégrée dans la matière. Les personnes vivant dans les pays chauds vont adorer ce textile hors pair aux propriétés inédites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *